Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Théorie du genre" à l'école P4

27 Janvier 2014, 17:35pm

Publié par Lokidor

Nous voici arrivés à la quatrième partie de notre étude de déconstruction de la vidéo de Farida Belghoul. Je suis heureux dans cet article de pouvoir faire l'économie de son visage. Non pas que Farida ne soit belle gueule en apparence, mais que son discours haineux m'a fait découvrir son vrai visage. A la 16 : 38 minutes, Farida Belghoul a décidé de s'exprimer au travers de la voix d'Alain Finkielkraut. J'ai donc choisi de retranscrire le discours auquel vous pourrez vous reporter au fur et à mesure de la déconstruction. Le fait qu'elle ne nuance pas le propos de ce dernier, nous invite à penser qu'elle y adhère en totalité. Nous allons donc étudier les propos de Faridain Belghoulkraut, ce couple improbable réunit exceptionnellement en opposition à la "théorie du genre". Ce couple est improbable parce que l'animosité entre les deux Alain, Soral et Finkielkraut, est assez intense. Les points principaux de divergence étant le sionisme et l'antisémitisme. Mais nous verrons qu'ils ont de nombreux points communs.

Pour accéder à l'article complet, rendez vous dans le menu PAGES et cliquez sur le titre

"Ce que vous dit la théorie du genre c'est que vous pouvez être qui vous voulez, ce que vous voulez. Le monde et la vie sont un magasin. Un merveilleux magasin d'identité. Et le métissage est en quelque sorte une variante de la théorie du genre ou son élargissement. (...) On dit on va pas les assigner à la poupée. Mais précisément, on entreprend avec la théorie du genre une sorte de rééducation des enfants. Quand une petite fille voudra jouer à la poupée et qu'un garçon fera glisser une voiture sur la table en faisant "vroum vroum", on dira au garçon : "mais qu'est-ce que t'as à faire "vroum vroum" ; joues donc à la poupée" ; et à la petite fille on demandera de faire "vroum vroum" et de jouer au ballon. Tous les réflexes spontanés étant définis comme des stéréotypes, on verra les éducateurs tenter en quelques sorte de reconstruire les enfants dès leur plus jeunes âge. Ce qui fait peur. Et puis j'ajoute aussi que nous sommes avec la volonté d'introduire dans l'enseignement primaire la théorie du genre. Et donc ils se fichent complétement de ce que peut être la réaction du père de famille : ils vont détruire chez des enfants qui n'ont jamais entendu parler de sexualité, ni a fortiori d'homosexualité, des préjugés homophobes. Nous sommes en plein délire (...)" (16 : 38)

Faridain Belghoulkraut

Commenter cet article