Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De la presse féminine selon Alain Soral

3 Mai 2014, 17:22pm

Publié par Cyclotransport

Alain Soral décrit les sciences humaines comme un tout homogène (histoire, sociologie, philosophie, psychologie, etc.,) "très politique" où régnerait la "mauvaise foi", "de la stratégie" et "des coups bas" contrairement aux sciences exactes qu'il affectionne tant. Il est l'un des pires représentants de cette sociologie de bas étage qu'il critique. "C'est pas moi c'est lui !" nous dit-il en filigrane, pour mieux détourner notre attention de sa propre incompétence. Parlant de lui à la troisième personne, dans le style Alain Delon, il se présente comme "quelqu'un qui essaie de penser un peu honnêtement", et en appelle à "l'honnêteté de l'observateur". Et si l'on dit que sa sociologie a un goût de chiotte, il le prendra pour un compliment, voire pour la preuve qu'il dit des vérités, selon la croyance qu'il n'y a que la vérité qui dérange. Or le mensonge, l'incompétence et la connerie dérangent aussi. Et se présenter comme victime de la pensée unique ou de la bien-pensance ("l'idéologie dominante") ne suffit pas à prouver la pertinence de ses propos, tant ces expressions ont été dépouillées de leur signification originelle, pour devenir une insulte creuse adressée à tous ceux avec lesquels on n'est pas d'accord. On retrouve le même phénomène avec le mot bobo : on est tous les bien-pensants ou les bobo de quelqu'un d'autre.

La suite en cliquant sur le titre dans le menu Pages

Commenter cet article

myriam 03/11/2014 16:09

" le mensonge, l'incompétence et la connerie dérangent aussi." C'est tellement vrai. Et lui, le féminisme le dérange, donc selon sa "logique" (hm) du "si je dérange c'est parce que je dis la vérité" les femmes qui sont féministes ont raison de l'être !! Parce que de toute évidence, elles l'emmerdent vraiment, elles sont sa cible, la raison d'être de toute sa "pensée". Mais là on est au coeur des contradictions d'un discours qui comme vous le dites fonctionne sur des effets de manche et séduit l'auditeur par sa pseudo "honnêteté" (comme tout populisme qui se respecte). Les "auditeurs" prennent ce qu'il dit comme du pain bénit, simplement parce que c'est ce qu'ils veulent entendre, c'est rassurant, c'est traditionnel, plein de "bon sens". (Relire à ce sujet Roland Barthes et le poujadisme) Soral se vante d'être juste quelqu'un qui "pense" et a le culot d'en appeler à la Raison Pure, alors que son propos appuie sur des ressorts affectifs, ce " vieux fonds vichyssois qui hante l’inconscient français." En gros, Soral parle pour les Soraliens. Malgré ce qu'il déclare, il ne se fait pas le porte-parole des minorités contre l'idéologie dominante, c'est plutôt l'inverse : il dit tout haut ce que "tout le monde" pense tout bas, comme un certain Jean-Marie Le pen, n'est-ce pas. En tout cas, si il combat une "idéologie", c'est par une autre idéologie, qui ne vaut pas mieux. Le féminisme, vieux seulement de deux décennies, encore fragile, est loin d'être "l'idéologie dominante", il ne l'a jamais été, face à des siècles de patriarchie profondément ancrés, comme il doit être rassurant de trouver quelqu'un qui vous dit : "vautrons-nous dans nos valeurs communes, séculaires et traditionnelles, donnons leur en plus un ancrage "génétique", au lieu de tenter le changement". Et tout ça, entre gens "honnêtes", bien sur. (par "honnêtes, entendre "pareils", regroupés ensemble par la peur et la haine du sexe opposé). Le changement, ça demande un peu de courage, tout comme accepter la différence (de pensée, de sexe ou de race) et puis il faut le dire, accepter de renoncer à quelques privilèges ; ceux qui sont traditionnellement tout en haut de la pyramide du pouvoir, forcément, ne sont pas tout à fait d'accord. Ils ne vont pas lâcher comme ça. Soral, lui, il offre les pantoufles de la pensée qui se donne à elle-même les arguments qui lui faut, entre gens qui se "reconnaissent", sans regard aucun pour une démarche qui recherchait une quelconque vérité, si ce n'est la leur. En tout cas merci pour ce blog, très salutaire et qui démontent quelques fondements de la Raison Selon Soral.

Olivier 27/06/2014 10:34

C'est une tuerie ce blog! C'est incroyable, ça me fait un bien fou dès que Soral se fait démonter et se retrouve dans les habits de l'empereur, apparaît alors le tartuffe dans toute sa splendeur...J'aime bien ta pensée, originale et zigzaguant entre les diverses idéologies de masse, pour un résultat unique, à l'image de l'individu qui les a accouchées. Bravo et bonne continuation à toi, de la part d'un ancien du cyclo transport toulousain!